REVISITER LA REVOLUTION IRANIENNE DE 1979

Chowra Makaremi (Chargée de recherche au CNRS et directrice du projet ERC “Off-Site”) et Yasmin Nadir (Chercheure post-doctorale ERC “Off-Site”) co-organisent avec Marie-Ladier Fouladi (Directrice de recherche au CNRS) le séminaire EHESS Revisiter la Révolution iranienne de 1979. 

Ce séminaire vise à démontrer que contrairement aux idées et discours prédominants, la Révolution iranienne n’était dans sa genèse ni islamique, ni religieuse et encore moins khomeiniste. Cette révolution, comme toutes les révolutions, fut l’œuvre d’un ensemble complexe, composé d’acteurs et d’idées antagoniques. Elle a découlé d’un processus lent qui a gagné en épaisseur au fur et à mesure que les vagues de protestation montaient et regroupaient des fractions toujours plus importantes du corps social. Seulement, le clergé chiite, sous l’égide de Khomeiny, a su mieux capter l’élan du mouvement protestataire que les groupes sociaux et les formations politiques concurrents, qu’ils soient laïcs musulmans, démocrates ou d’extrême gauche, communistes ou non communistes dans un vaste éventail de maoïstes, trotskistes, staliniens, libertaires. L’aspiration à la liberté face à la tyrannie et au risque de guerre civile qui ont présidé à la Révolution iranienne de 1979 demeure malgré sa confiscation par Khomeiny.

Après une première année consacrée à analyser les institutions civiles, leurs traductions démographiques, la vie intellectuelle et politique, nous nous penchons en 2019-2020 sur la formation de l’État iranien ainsi que sur la violence étatique exercée à l’encontre des organisations politiques d’opposition au cours de la première décennie qui suit le renversement de la monarchie et l’instauration de la République islamique.

Manifestation en 1978 / Wikimedia Commons

 


You may also like...

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search