Sensibilités – Les Paradoxes de l’Intime

“Quant à Chowra Makaremi, son texte dévoile, à travers le récit du calvaire de sa mère Fatemeh, le chantage exercé par les autorités iraniennes sur les prisonnières politiques dans les années 1980. Confrontées à leurs enfants, elles sont invitées à trahir leur cause politique en échange d’un « meilleur sort pour leur famille », et rappelées à leurs devoirs de mères. Fidèle à sa conscience, Fatemeh sera exécutée en 1988. Cet odieux chantage à l’intime, coutumier des régimes totalitaires, illustre, s’il le fallait, le fait que l’histoire des sensibilités n’est pas faite que d’aimables considérations sur les goûts et les couleurs, mais peut mettre le doigt sur des réalités sordides pour les dénoncer. “

Journet Nicolas. « Les paradoxes de l’intime. Sensibilités, Arlette Farge et Caroline Vidal-Naquet (dir.), Anamosa, 2019, 184 p., 22 €. », Sciences Humaines, vol. 322, no. 2, 2020, pp. 53-53.

Suivre les méandres de la fabrique d’une science sociale de l’intime en se nourrissant de ses paradoxes, tel est l’enjeu de ce volume. Sans prétendre parvenir à une définition fermée d’une notion par nature mouvante, il s’agit de proposer une mise en pratique et une plongée réflexive dans ce que les sciences sociales font à l’intime et ce que l’intime leur fait en retour.

L’intime logerait-il quelque part en nous, à l’abri des rapports sociaux et des relations politiques qui organisent notre monde ? Caché, ou révélé par touches aux initiés, souvent pensé comme le dernier refuge de l’authenticité, serait-il cet espace propre à l’individualité pure, par nature inaccessible au dehors et, par-là, insaisissable pour les sciences sociales ?
Sensibilités tente ici de lever le voile sur l’intime, notion pétrie de fausses évidences et d’intrigants paradoxes, pour en explorer la dimension profondément historique et politique. Car l’intime en soi n’est rien : il se construit en relation. Avec lenteur. Expérience sociale et affective du lien, de la familiarité, de la proximité ou de la distance, il est ce qui relie les êtres entre eux, mais aussi les individus aux choses, aux lieux, aux paysages. Fruit d’une volonté de dévoiler ou de retrancher, il relève d’un acte social. Or, dans ce que l’on croit devoir soustraire aux regards ou dans ce que l’on imagine être autorisé à livrer, c’est bien la société qui, là encore, se donne à voir.
Objet fragile, discret et mobile, l’intime finalement révèle toute l’épaisseur humaine, la riche complexité des liens tissés dans la durée.

Avec : Étienne Anheim, Jean-Christophe Bailly, Howard S. Becker, Jean-Michel Butel, Valérie du Chéné, Michel Chaumont, Arlette Farge, Michaël Fœssel, Carlo Ginzburg, Anouche Kunth, Chowra Makaremi, Caroline Muller, Klavdij Sluban et Clémentine Vidal-Naquet.

Acheter la revue


Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search