RUE ENGHELAB – PRIX DU LIVRE HISTORIQUE – ARLES 2019

Lors de la 50ème édition des Rencontres de la Photographie d’Arles, le livre Rue Enghelab – la Révolution par les Livres : Iran 1979-1983 a reçu le Prix du Livre Historique 2019.

Créé pour soutenir le développement de l’édition photographique et contribuer à sa plus large diffusion, les prix du Livre des Rencontres d’Arles récompensent trois catégories d’ouvrages : livre d’auteur, le prix du livre historique et le prix photo-texte.

https://www.rencontres-arles.com/fr/expositions/view/803/les-prix-du-livre-2019

ARCHIVING, SECRECY AND OFF-SITE RESEARCH – WORKSHOP IN PARIS

The second workshop of the ERC project Off-Site will be held on 9-10 September 2019.
It will deal with the questions of “Archiving, Secrecy and Off-Site Research”.

The invited participants are Cécile Boex, Leyla Dakhli, Omar Dewachi, Carolina Kobelinsky, Shourideh Molavi, William Walters

You can download the abstract here.

The workshop is not open to the public.

BBC Persian : به عبارت دیگر: شورا مکارمی

The anthropologist Chowra Makaremi was interviewed on BBC Persian about the book she published from the notes written by her grand-father when her mother was detained during the first years of the Khomeini regime : Aziz’s Notebook. At the Hearth of the Iranian Revolution, trad. Renuka Georges, Delhi, Yoda Press

IRAN : QUESTIONNER L’HISTOIRE EN INTERPRÉTANT LES IMAGES

Article publié sur le journal en ligne Orient XXI

https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/iran-questionner-l-histoire-en-interpretant-les-images,2927

Extrait :
[Entretien avec Hannah Darabi et Bahar Majdzadeh, photographes · Deux photographes iraniennes travaillent aux confins de l’art, de la politique et de la documentation historique. Leur travail et leur recherche d’images interrogent notamment la période post-révolutionnaire en Iran, à la recherche d’une histoire non dite et dont la représentation est le plus souvent censurée.]

ENGHELAB STREET, A REVOLUTION THROUGH BOOKS: IRAN 1979-1983

 

Co-published by Spector and LE BAL on the occasion of the exhibition Hannah Darabi – Enghelab Street, A Revolution through Books: Iran 1979–1983, the publication presents a variety of photographic and propaganda books published between 1979 and 1983—short time period when freedom of speech prevailed at the end of the Shah’s regime – all collected by Iranian artist Hannah Darabi, along with a critical apparatus by Chowra Makaremi, anthropologist and researcher at CNRS.

Get the book here

 

MONDE COMMUN : DES ANTHROPOLOGUES DANS LA CITE – PUF

VIOLENCE PARTOUT, JUSTICE NULLE PART !

The first issue of Monde Commun is the manifesto of a group of anthropologists, gathered around Michel Agier, who intend to turn anthropology into a public matter and carry even the most exploding topics. By choosing to start with the theme of violence, this issue states the attachment of this group of academics to a discipline committed and rooted in the present moment: violence is everywhere, always, but how tolerable is it? Is some violence more tolerable than others and should the worst horrors hide the daily violence? When does the researcher have a duty to become a whistleblower?

The following three volumes will be:

Fake News, on misinformation and policies of lies;

Petit Citadin, mauvais citoyen, on the extent of extreme voting in small and medium towns;

Multitude migrante, to explain that each people comes from migrations.

Get the book here

 

RUE ENGHELAB, LA RÉVOLUTION PAR LES LIVRES, IRAN 1979-1983 /// FOMU – ANVERS

01.03.2019 – 09.06.2019 – FOMU foto museum

À l’occasion du 40e anniversaire de la révolution iranienne, FOMU présente le projet de l’artiste Hannah Darabi (IR, 1981) autour de sa collection de livres photographiques et politiques. Publiés en Iran entre 1979 et 1983, courte période de relative liberté d’expression correspondant à la fin du régime du Shah et aux débuts du gouvernement islamique, ces livres témoignent d’une ébullition politique intense et du vent nouveau soufflant sur la photographie iranienne. Cette période, fondamentale pour comprendre l’histoire de ce pays au 21e siècle, est décryptée par Chowra Makaremi (FR/IR, 1980), anthropologue et chercheuse. Afin de proposer une autre lecture de cette collection, Hannah Darabi, dans un travail personnel intitulé Reconstructions, fait dialoguer ces livres avec des photographies contemporaines de sa ville natale, Téhéran, et des images vernaculaires (photos de famille, images des médias ou cartes postales).

Rue Enghelab est une collaboration entre l’artiste et LE BAL, Paris, où l’exposition a eu lieu en janvier 2019. L’exposition est accompagnée d’un livre co-édité par LE BAL et Spector Books conçu par Hannah Darabi avec la contribution de Chowra Makaremi.

METHODOLOGIE DES MIGRATIONS : APPROCHE « OFF-SITE »

Dans le cadre du séminaire “Genre, génération, ethnicité : lectures croisées sur les migrations”, Chowra Makaremi interviendra le 1er avril sur la thématique Méthodologie des migrations : approche « off-site ».

Le séminaire s’intéresse au thème des migrations à une échelle locale, nationale et globale en donnant une attention particulière aux combinaisons variées entre les dimensions du genre, de la génération et de l’ethnicité.

Lundi 1er avril 2019 de 15h à 17h – 105 boulevard Raspail 75006 Paris, salle 7

RUE ENGHELAB, LA RÉVOLUTION PAR LES LIVRES, IRAN 1979-1983 /// LE BAL

HANNAH DARABI – RUE ENGHELAB, LA RÉVOLUTION PAR LES LIVRES, IRAN 1979-1983

10 JANVIER – 11 FÉVRIER 2019
À l’occasion du 40e anniversaire de la révolution iranienne, LE BAL présente le projet de l’artiste Hannah Darabi autour de sa collection de livres photographiques et politiques. Publiés en Iran entre 1979 et 1983, courte période de relative liberté d’expression correspondant à la fin du régime du Shah et aux débuts du gouvernement islamique, ces livres témoignent d’une ébullition politique intense et du vent nouveau soufflant sur la photographie iranienne. Cette période, fondamentale pour comprendre l’histoire de ce pays au 21e siècle, est décryptée par Chowra Makaremi, anthropologue et chercheuse au CNRS. Afin de proposer une autre lecture de cette collection, Hannah Darabi, dans un travail personnel intitulé Reconstructions, fait dialoguer ces livres avec des photographies contemporaines de sa ville natale, Téhéran, et des images vernaculaires (photos de famille, images des médias ou cartes postales).

PENSER LA RÉVOLUTION IRANIENNE AU TEMPS PRÉSENT

JOURNÉE D’ÉTUDE À L’OCCASION DES 40 ANS DE LA RÉVOLUTION
LUNDI 11 FÉVRIER 2019 – DE 10H À 18H

IL Y A QUARANTE ANS, LA RÉVOLUTION DE 1979 TRANSFORME L’IRAN EN UN IMMENSE LABORATOIRE POLITIQUE DONT LA PORTÉE EST MÉCONNUE EN EUROPE. L’ISLAM POLITIQUE SERA DÉSORMAIS AU CŒUR DES ENJEUX DU MONDE CONTEMPORAIN.

Il s’agit de revenir sur cet événement en sondant ce qu’il est devenu, mais aussi ce qu’il n’est jamais devenu : Quelle en fut l’expérience ? Qui en furent les acteurs ? Quelles mémoires convoque-t-il ? Quel paradigme ce retour au plus près de l’événement nous offre-t-il pour comprendre d’autres mouvements aujourd’hui et leurs devenirs, de l’Égypte à la Syrie ?
— Chowra Makaremi

Programme :
10h-10h15 : Chowra Makaremi (CNRS) et Christine Vidal (BAL), Introduction
10h15-11h : Farad Khosrokhavar (EHESS), Les discours populaires de la révolution iranienne
11h-11h30 : Saeed Paivandi (Université de Lorraine), La révolution culturelle
11h30-12h : Marie Ladier-Fouladi (CNRS), Les 3 jours où la révolution a failli basculer

12h-12h45 : Discussion

14h30-15h : Amir Kianpour (Paris 8), Présentisme et synchronisme dans la révolution iranienne
15h-15h30 : Cécile Boex (EHESS), Quelles traces pour écrire l’histoire de la révolution syrienne ?
15h30-16h : Marta Agosti (LSE), La citoyenneté après la révolution égyptienne

16h-16h30 : Discussion
17h-17h30 : Christiane Vollaire (Collège International de Philosophie), Synthèse de la journée
17h30-18h : Discussion

Journée d’étude coordonnée par Chowra Makaremi, avec le soutien du Conseil européen de la recherche.

 

LE BAL ACCUEILLE POUR UNE MATINÉE LE SÉMINAIRE « REVISITER LA RÉVOLUTION IRANIENNE DE 1979 » DIRIGÉ PAR MARIE LADIER-FOULADI À L’EHESS À L’OCCASION DE L’EXPOSITION « HANNAH DARABI, RUE ENGHELAB, LA RÉVOLUTION PAR LES LIVRES, IRAN 1979-1983 ». CETTE SECONDE SÉANCE CONSACRÉE AU RÔLE JOUÉ PAR LA JEUNESSE IRANIENNE DANS LA RÉVOLUTION CULTURELLE DE 1979 SERA L’OCCASION D’ÉTABLIR DES PROLONGEMENTS AVEC L’EXPOSITION EN COURS.

La population iranienne est restée pendant longtemps particulièrement très jeune. Cependant, cette jeunesse « biologique » n’a pas trouvé de représentation sociale avant la fin des années 1960. L’émergence de la catégorie « jeune », exprimait la nouvelle forme d’individuation qui s’étendait à de larges couches sociales en milieu urbain iranien. Les jeunes, conscients de leurs caractéristiques communes, ont commencé à se penser comme un groupe à part et ont tenté alors d’affirmer, peu à peu, leurs différences par rapports aux générations anciennes. Ils se sont surtout opposés à l’ordre patriarcal de la famille fondé sur l’hégémonie hiérarchique de l’âge et du sexe. En même temps, ils ont cherché à se forger une identité sociale et à inventer les cadres sociaux qu’ils leurs soient propres (les bandes, les rassemblements, les clubs et associations). Mais le verrouillage politique de l’espace social ne laissait aucune issue à la jeunesse pour gagner autonomie et épanouissement, et les contraignit à vivre sous l’emprise de leur famille.  Un sentiment de frustration, de colère, voire de révolte, se développa dans la jeunesse iranienne, principalement issue des couches moyennes urbaines, qui s’est progressivement transformé en une opposition au système et une revendication de liberté politique. Dans les grandes villes, les manifestations éparses contre le régime, auxquelles se joignaient d’autres catégories sociales, ont, par un effet de cristallisation, conduit aux journées révolutionnaires et au renversement de la monarchie en février 1979.

Avec

Marie Ladier-Fouladi est socio-démographe, directrice de recherche au CNRS – EHESS. Ses recherches actuelles portent sur la politique populationniste de la République islamique d’Iran. Elle a publié notamment Iran : un monde de paradoxes (Atalante, 2009), « Iran, reportage intellectuel 1978-2014 », Vacarme 68, 2014, et « La sécularisation en Iran sous la République islamique », Raison publique, 2015.

Chowra Makaremi est anthropologue et chercheuse au CNRS, associé à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux – IRIS. Ses travaux portent sur l’anthropologie de l’Etat, les formes juridiques et ordinaires de la violence et l’expérience qu’en font les sujets, notamment en situation d’exil.

PODCAST DE LA TABLE-RONDE

 

CONTRE-MÉMOIRES : L’HISTOIRE EN MODE MINEUR

DISCUSSION AVEC CHAHLA CHAFIQ, MEHREGAN KAZEMI, MATHIEU POTTE-BONNEVILLE

VENDREDI 18 JANVIER 2019 – 20H

EN PARTANT DE TRAVAUX ARTISTIQUES, LITTÉRAIRES ET SOCIOLOGIQUES QUI EXPLORENT LA RÉVOLUTION IRANIENNE, CETTE SOIRÉE INTERROGE LA PLACE DU TÉMOIGNAGE ET LES FORMES DE LA REMÉMORATION DANS L’ÉCRITURE DE L’HISTOIRE – À L’ARTICULATION DU PERSONNEL ET DU POLITIQUE, DE L’INDIVIDUEL ET DU COLLECTIF, DU FAMILIAL ET DU SOCIAL.

Il s’agit de sonder le potentiel que recèlent les contre-mémoires pour écrire une histoire qui n’est pas celle des vainqueurs.

Avec:

Chahla Chafiq est écrivaine et sociologue. En 2011 son essai Islam politique, sexe et genre, à la lumière de l’expérience iranienne (PUF) a reçu le prix Le Monde de la recherche universitaire. Son dernier ouvrage Le rendez-vous iranien avec Simone de Beauvoir vient de paraître (Éditions Ixé, 2019).

Chowra Makaremi est anthropologue et chercheuse au CNRS, associée à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux – IRIS. Ses travaux portent sur l’anthropologie de l’Etat, les formes juridiques et ordinaires de la violence et l’expérience qu’en font les sujets, notamment en situation d’exil. Elle a publié Le cahier d’Aziz (Éditions Gallimard) en 2011 et vient de terminer son premier film Hitch, une histoire iranienne, 2019

Lecture par Laure-Lucile Simon, comédienne.

PODCAST DE LA DISCUSSION

 

ABSENT.E.S ET SURVIVANT.E.S : DOCUMENTER L’EFFACEMENT

DISCUSSION AVEC EMMANUEL ALLOA, KARIMA LAZALI ET BAHAR MADJZADEH

JEUDI 31 JANVIER 2019 – 20H

 

COMMENT SAISIR, PAR L’IMAGE, L’ABSENCE ET LA DISPARITION ?

La suppression physique ou symbolique de certains groupes de la population est une expérience majeure de la violence politique contemporaine –  épilogue récurrent des révolutions et face obscure des conflits. « Obscure » car écrire l’histoire de cette violence, c’est butter sur la logique d’effacement (des êtres, des traces, des mémoires) dont elle procède. Au prisme de l’histoire iranienne contemporaine, cette soirée se penche sur les façons de documenter, raconter et saisir cet effacement, et l’expérience-limite de ce qu’est le gouvernement par la mort.

Avec

Emmanuel Alloa est maître de conférences en philosophie à l’Université de Saint-Gall en Suisse et Senior Research Fellow au Pôle National Suisse de Critique de l’Image (Bâle). Il dirige la collection Perceptions et codirige la collection Média/théories aux Presses du réel. Ses recherches se situent à l’intersection de la phénoménologie, de l’histoire des idées et de l’esthétique.

Karima Lazali est psychologue clinicienne et psychanalyste. Elle a publié en 2018 Le trauma colonialUne enquête sur les effets psychiques et politiques contemporains de l’oppression coloniale en Algérieaux Editions La Découverte.

Bahar Majdzadeh, artiste chercheuse, elle s’intéresse à la période en Iran qui se situe entre deux moments décisifs : la Révolution de 1979 et le massacre des prisonniers politiques de 1988.

Modération : Chowra Makaremi, anthropologue et chercheuse au CNRS, associé à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux – IRIS. Ses travaux portent sur l’anthropologie de l’Etat, les formes juridiques et ordinaires de la violence et l’expérience qu’en font les sujets, notamment en situation d’exil.

PODCAST DE LA DISCUSSION

 

LE CINÉMA IRANIEN APRÈS LA RÉVOLUTION

DÉBAT-PROJECTION AVEC AGNÈS DEVICTOR ET NADER TAKMIL HOMAYOUN

VENDREDI 25 JANVIER – 20H

QUELLES HISTOIRES DE LA RÉVOLUTION ET DE LA GUERRE LE CINÉMA IRANIEN ÉCRIT-IL ?

Comment ces événements façonnent-ils le cinéma ? Comment le cinéma, en retour, produit-il une mémoire vivante et vibrante, qui imprègne l’ordre imaginaire, affectif et symbolique de la société postrévolutionnaire ? Au cours de cette soirée, les invités reviendront sur une tradition cinématographique extraordinairement riche et complexe.

Avec

Agnès Devictor est maître de conférences en histoire du cinéma à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chercheuse associée à l’Unité Mixte de Recherche Monde iranien et indien. Ses recherches portent sur le cinéma iranien après 1979 et l’analyse des images de guerre dans la région. Son dernier ouvrage L’Iran mis en scènes a été publié aux éditions Espaces et signes (2017).

Nader Takmil Homayoun cinéaste et scénariste, il a réalisé notamment Iran, une révolution cinématographique (2006), Téhéran (2009) Prix de la Semaine de la Critique à la Mostra de Venise, Les pieds dans le tapis (2015). Il prépare actuellement une fiction, Noces d’Or coproduite avec ARTE.

Modération : Chowra Makaremi est anthropologue et chercheuse au CNRS, associé à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux – IRIS. Ses travaux portent sur l’anthropologie de l’Etat, les formes juridiques et ordinaires de la violence et l’expérience qu’en font les sujets, notamment en situation d’exil.

PODCAST DU DEBAT