“Au procès des crimes de l’Etat iranien à Stockholm : les monologues du bourreau”

Tribune publiée dans le journal Libération le 23 décembre 2021

par Chowra Makaremi, Anthropologue, chercheuse au CNRS

Il n’y a eu aucune surprise lors des six jours d’audiences durant lesquels Hamid Noury était entendu au palais de justice de Stockholm, du 23 novembre au 2 décembre dernier. Aucune surprise mais beaucoup de malaise, et le ravivement d’une douleur cuisante que témoins et plaignants pensaient émoussée par les années. Hamid Noury est accusé de crimes de guerre et de meurtres aggravés pour sa participation au massacre de milliers de prisonniers politiques en 1988 en Iran, en tant qu’assistant du procureur dans la prison de Gohar Dasht au nord de Téhéran. Arrêté en novembre 2019 à son arrivée à Stockholm1, il est jugé depuis août dernier par une cour suédoise selon le principe de la compétence universelle. Il encourt la détention à perpétuité ; le verdict sera rendu fin avril 2022. Les activistes syriens résidant en Suède ont les yeux rivés sur le procès Noury, pour savoir quel sera le précédent posé par la cour. Or, par le ton et la conduite des audiences, la justice suédoise semble vouloir rester aussi strictement juridique et aveugle aux enjeux politiques que possible. Ce juridisme prudent est tenable notamment du fait de la faible couverture médiatique internationale – ce qui est étonnant alors que l’un des supérieurs directs de Noury dans la chaîne de commande des massacres était l’actuel président iranien, Ebrahim Raïssi. Pour la communauté internationale, les violences de masse fondatrices de la République islamique continuent à rester hors champs, comme ce fut le cas lors du silence diplomatique et onusien qui a – étonnamment — entouré les massacres en 1988.

Après trois premiers mois consacrés à l’audition des plaignants – survivants du massacre, familles des victimes, parfois les deux à la fois – la cour a entendu l’accusé. S’il nie toute implication, et plus généralement, l’existence même des massacres et la torture, Noury n’a pas choisi pour autant d’être laconique. Avant d’être interrogé, il a demandé à pouvoir s’exprimer seul de façon libre – droit prévu par le code suédois de procédure pénale. Une journée a ainsi été consacrée au monologue du bourreau.

Ce qui se joue pour lui, nous fait-il savoir implicitement, n’est pas sa condamnation, mais les conditions de son retour en Iran une fois la sentence reçue, au terme d’un éventuel échange de prisonniers comme cela s’est toujours fait jusque-là pour les agents de l’Etat iranien condamnés pour assassinats politiques à l’étranger.

Durant son récit, l’accusé s’est attaché à reprendre l’exposé historique d’ouverture des procureures, pour y opposer un tout autre récit de la révolution de 1979 et de la guerre : celui du pouvoir iranien. Hamid Noury (connu à l’époque des faits sous le nom de Hamid Abassi) veut imposer, dans l’espace du tribunal, la langue à travers lesquelles les crimes de masse se sont exercés puisqu’ils s’y trouvaient justifiés – en tant que manifestation d’une double souveraineté populaire et divine, et défense de l’Etat issu de cette souveraineté contre des « ennemis » de l’intérieur.

Si cette pensée vaut la peine d’être détaillée, au risque de donner aux propos divagants du bourreau une pertinence démesurée, c’est qu’elle reproduit un discours qui a été le ciment principal du silence et du désintérêt entourant les crimes d’Etat au sein de la société. La question du déni, qui ne se limite pas à la négation des faits mais concerne plus largement ce qui les rend acceptables, anodins ou invisibles à nos yeux, se noue au sein de l’espace public iranien plus que dans les tribunaux internationaux. Sauf lorsque les tribunaux internationaux deviennent le prolongement de cet espace public, notamment via les réseaux sociaux et les médias de la diaspora iranienne. Hamid Noury rappelle que c’est le cas en saluant, au seuil de chaque audience, « ses auditeurs » de par le monde : tous les débats sont en effet retransmis sur internet en livestream. Il est théâtral dans sa gestuelle, ses harangues, ses diatribes réglées sur le rythme des traducteurs, et souvent burlesque dans le rôle du fonctionnaire zélé soumis à ses supérieurs.

Le spectacle ne fait rire qu’une partie des auditeurs cependant : pour ses anciennes victimes et leurs familles, Noury profite de sa tribune pour reconduire à couvert le travail de torture, à travers de cyniques retournements et des insinuations dont elles seules peuvent sentir la cruauté. Les familles venant aux nouvelles de leurs proches prisonniers durant les massacres ? « Je les recevais chacune avec déférence et respect », précise l’accusé en se levant pour saluer, la main sur le cœur. Pourquoi les prisonniers venaient-ils assister aux confessions forcées de leurs co-détenus ? « C’était sans doute pour eux un loisir ». Et parlant du rituel du premier bain après l’accouchement de sa femme à l’été 1988, il rajoute, mielleux : « Esmat Talebi connaît bien ce rituel, elle peut confirmer », nommant ainsi une plaignante qui a accouché en prison, privée de tous les soins et soumise à la torture. Ces détails n’en sont pas forcément lorsqu’on sait la place centrale de la cruauté dans le gouvernement de la terreur qui a marqué les années 1980 en Iran. Cette politique de la cruauté est d’ailleurs un fil important, qui permet de détricoter le récit de légitimation et de défense nationale. Continuée par d’autres moyens durant le procès, elle ramène les plaignants à une strate enfouie de l’expérience où la violence est intacte dans son horreur, « comme si trente ans ne s’étaient pas écoulés », commente une plaignante.

La position de Noury face aux massacres est elle aussi restée gelée dans le temps : tandis que les autorités iraniennes sont passées de la négation des faits à leur justification depuis 2016 (et la diffusion d’une archive audio prouvant les crimes), l’accusé a curieusement plusieurs étapes de retard. Concernant les faits, Noury présente une stratégie « en oignon » bien connue des experts en sécurité : multiplier des couches défensives qui, même si chacune est mince, créent de la solidité par leur accumulation. Je ne travaillais pas dans la prison de Gohar Dasht mais celle d’Evin, explique ainsi Noury ; en outre, je suis bien Hamid Abassi (fait établi à l’instruction via des SMS) mais pas « le » Hamid Abassi dont il est question : un autre agent avait le même pseudonyme ; qui plus est, j’étais absent durant les massacres car en congé parental (sic) deux mois avant et après les faits ; de toutes façons, il n’y a pas eu de massacres dans les prisons. Sur ce dernier point, les interrogatoires poussifs ont révélé la tension entre la stratégie juridique et la stratégie idéologique de négation/déni. Jusqu’où pourrait aller cette tension entre l’idéologique et le juridique, entre l’accusé et ses avocats ? Au procès de la tuerie de Mykonos en Allemagne2, rappelle l’activiste berlinois Hamid Nowzari, les avocats avaient fini par se retirer de la défense de l’accusé, qui, quinze ans après sa condamnation, a été transféré en Iran et reçu en héros.

Il est temps d’accorder à ces crimes d’Etat l’importance et l’attention qu’ils méritent. A court terme, pour rendre visible les enjeux politiques dans la procédure en cours en Suède. A plus long terme, pour manifester une solidarité et un souci de la vie des citoyens iraniens qui sont à nouveau à la merci d’un gouvernement dirigé par les bourreaux d’hier. Cette attention publique internationale, qui montre que les crimes et les vies en Iran comptent, peut apporter un soutien crucial à la société civile dont la résistance est plus menaçante, pour le pouvoir en place, que d’injustes et aveugle sanctions économiques.

Télécharger l’article en Pdf


You may also like...

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search